top of page

Préparation pour le carnaval de Rio 2024

Pour cette nouvelle participation au carnaval de Rio, je défilerai à nouveau avec Imperio da Tijuca mais cette fois, au sein de l’ala “International Samba dancers”.

Mais qu’est-ce qu’une ala me direz-vous? Lors du défilé, l’école de Samba est divisée en alas qui sont des sections (des ailes donc) composées de centaines de danseurs qui portent le même costume. Entre chaque aile, il y a un char motorisé sur lequel se trouvent les Destaques (ce que j’ai eu comme position en 2019). Plusieurs types d’alas existent comme celle des Bahianaises (les femmes généralement plus âgées de la communauté habillés en Bahianaises en hommage à la culture Afro de Bahia avec de longues robes très larges dans le bas) ou les Passistas (les meilleurs danseurs et danseuses d’une école). On trouve aussi toujours une aile générale à la fin du défilé composée de gens de la communauté (pas forcément des danseurs) et parfois des étrangers qui paradent joyeusement plutôt en marchant même si certains dansent aussi. Depuis peu, les écoles de Samba, conscientes de l’intérêt croissant des danseurs étrangers pour la Samba, ont créé des alas spécialement pour ces danseurs venus de partout dans le monde et qui démontrent une bonne maîtrise de la Samba. Ces alas "internationales" sont soit appelées "International Samba dancers ala" ou "International Passistas ala". Certaines écoles sont conservatrices et préfèrent réserver le terme "Passistas" aux danseurs issus de la communauté.
 
Revenons à la préparation pour cette position. 5 ans séparent mon premier voyage de celui-ci et beaucoup de choses ont changé dans ma vie. Avec deux enfants en bas âge, inutile de dire que je n’ai pas pu intégrer une visite régulière à la salle de sport à mon programme. Ajoutons à cela un événement familial difficile survenu quelques semaines avant mon départ et qui me prend beaucoup d’énergie émotionnellement. Je me suis donc rabattue sur un peu de fitness à domicile afin d’avoir suffisamment de muscles et de force pour tenir le temps du défilé. A cela, j’ai ajouté un entraînement Samba sur l’enredo de l’école presque quotidien afin de le connaître suffisamment pour improviser et avoir des “pas clés” pour représenter certaines paroles de l’enredo. J’aurai beaucoup plus de libertés pour danser vu que je ne serai plus limitée à la minuscule plate-forme du char. En plus, je devrai avancer en dansant. Et ça, ça change tout ! J’ai revu assidument d’anciennes vidéos de cours que j’ai pris un peu partout autour du globe et j’ai composé quelques séquences faciles à retenir, qui vont avec l’enredo.


Oui parfois on s’entraîne en pyjama, no comment 😂
 
Parlons-en de l’enredo, un fameux challenge aussi que d’apprendre une chanson entière en portugais mais ça va, j’ai l’entraînement de 2019 et ça rentre assez facilement. Tellement facilement que très souvent, j’en rêve la nuit : oui oui, j’entends l’enredo avec les paroles précises dans ma tête pendant je dors ! Il n’y a plus qu’à espérer que je n’aurai pas de trou de mémoire lors du défilé. Cette année, l’enredo d’Imperio da Tijuca rend hommage à une grande dame de 80 ans, une chanteuse et compositrice connue pour son implication dans la culture brésilienne, Lia de Itamaraca.



Lia est originaire de l’île Itamaraca (Ilha de Itamaraca) sur la côte de l’état de Pernambuco (nord-est du Brésil) et a commencé à chanter dans les années 60. Elle a été connue internationalement à partir des années 90. On la considère comme a Rainha da Ciranda.  La Ciranda est un style musical mais aussi une danse folklorique de l’état de Pernambuco. La danse se fait en cercle (= roda) et les personnes se tiennent la main tout en se déplaçant lentement sur les rythmes qui se répètent. Imperio da Tijuca a voulu rendre hommage à quelqu’un qui a contribué grandement à la culture folklorique brésilienne et qui vit toujours. A juste titre, ils ont indiqué qu’il était dommage de rendre hommage quand les personnes ne sont plus de ce monde. L’enredo a donc des paroles qui parlent de Lia, de la Ciranda, du folklore, des rois et reines noirs, de la mer, des eaux et des Orixas féminines qui y sont liées.



Ensuite, il me semblait essentiel de travailler sur mon portugais avec le souhait d’aller plus loin qu’en 2019 et de pouvoir mieux parler avec les cariocas. Sur les conseils d’une amie que j’ai connue en 2019 (ma coloc Australienne, Jenna si tu me lis, tu me manques !), j’ai téléchargé Duo Lingo. Une application qui a le mérite d’être ludique, facile à utiliser n’importe quand et qui permet de pratiquer le portugais un peu tous les jours. Depuis que je l’ai téléchargé, je n’ai raté que 2 ou 3 jours de pratique. Parfois je fais 5 minutes sur la journée et parfois 20 mais au moins, je pratique tous les jours.



Pour renforcer l’écoute du portugais et m’habituer à l’entendre parler, j’ai aussi commencé à regarder des séries brésiliennes sous-titrées en français. Notamment, Coisa mais linda que j’ai adoré et que je recommande vivement.




Dans quelques jours je m’envolerai pour cette folle aventure mais cette fois-ci, je serai accompagnée des amours de ma vie et de plusieurs danseuses ou élèves de Samba Shine (Katia, Valentine, Emilia, Paula et Maragaux) et ça, ça change tout aussi ! N'hésitez pas à les suivre sur Facebook ou Instagram pour suivre leurs aventures: elles défilent dans l'ala International Passistas de l'école Arranco.

Pour ma part, ce n’est que du bonheur en perspective : le bonheur de revivre ce rêve accompagnée d’êtres chers à mon cœur et je ne manquerai pas d'écrire chaque jour pour vous faire découvrir la culture de ce merveilleux pays.

Beijos <3

コメント


Post à l'affiche
Posts récents
Archive
Chercher par tag
Suivez-nous
  • Samba Shine Instagram
  • Icône de l'application Facebook
bottom of page